Jeu de mariage : Le jeu du carrosse ou le Jeu du Cocher

jeu de mariage, jeu du carrosse ou jeu du cocher

Présentation

Un jeu de mariage plein d’humour qui met en scène les mariés avec leurs invités.

 


compose_64px

Matériel nécessaire pour le jeu de mariage Jeu du Carrosse

  1.  9 chaises
  2. facultatif : des accessoires : chapeaux, gants, cape, …
  3. facultatif : un fouet (possibilité de le faire soi-même avec un bout de bois auquel vous attachez une ficelle)

 

chat_64px

Déroulement du jeu de mariage Jeu du Carrosse

L’animateur dispose 9 chaises qui représentent les 2 chevaux, le cocher, les deux roues avants, le roi et la reine, les deux roues arrières.

L’animateur demande aux mariés de s’avancer et de prendre la place du roi et de la reine. Il choisit ensuite 7 autres personnes parmi les invités.

Pour le rôle du cocher, l’animateur choisit la personne la plus enjouée. Chaque joueur reçoit son rôle :

  • le cheval de droite
  • le cheval de gauche
  • le cocher
  • la roue avant droite
  • la roue avant gauche
  • la reine (la mariée)
  • le roi (le marié)
  • la roue arrière droite
  • la roue arrière gauche

Chacun s’assoit sur sa chaise et l’animateur commence à lire l’histoire ci-dessous doucement puis de plus en plus vite.

Dès qu’une personne entend son rôle, elle se lève et fait le tour de sa chaise le plus rapidement possible. Si l’animateur dit « le carrosse », tout le monde se lève et fait le tour de sa chaise. S’il dit « les chevaux », les personnes représentant les deux chevaux se lèvent et font le tour de leur chaise.

Voici l’histoire à lire tout haut : 

Je vais vous raconter l’histoire d’un carrosse royal à 4 roues, qui est tiré par deux chevaux, et qui part en promenade avec la Reine, le Roi et son cocher.
C’est la nuit noire, le carrosse passe alors dans un bois.
Le cocher dirige tranquillement les chevaux.
Les roues du carrosse étant bien graissées ne font pas de bruit, sauf pour la roue avant gauche qui grince beaucoup.
C’est alors qu’un énorme cri raisonne : «STOP !».
Suite à un ordre du cocher les chevaux s’arrêtent.
Le Roi pose alors la question : «Cocher, cocher, mon très cher cocher, mais que se passe-t-il donc ?».
Tout à coup des bandits armés jusqu’au dents surgissent devant eux.
«Ce sont des brigands, mon Roi, annonce le cocher, ils veulent attaquer le carrosse, la Reine n’est pas en sûreté !».
Alors n’attendant pas davantage le retour de son Roi, le cocher lève son fouet et fouette les chevaux.
Tout d’abord le cheval qui se trouve à droite puis le cheval qui se trouve à gauche.
Les chevaux galopent le plus vite possible. Le carrosse va de plus en plus vite.
Le cocher à du mal à tenir sa position.
Le Roi s’écrit : «Cocher, cocher, cocher !».
Mais celui ci, c’est à dire le cocher n’entend rien.
Il y a trop de bruit.
La Reine s’y met à son tour : «Cocher, cocher, cocher !».
Sa voix étant plus claire et plus stridente, le cocher répond : «Oui ma Reine !».
«Il faut maintenant rouler moins rapidement, cocher, sinon tout le carrosse va se renverser, et les roues droites et les roues gauches vont lâcher !».
Les chevaux sont fatigués.
Le Roi averti la reine : «Je me fais du souci pour la roue avant gauche bien plus que pour toutes les autres roues !».
Le cocher, est lui aussi fatigué.
Il se retourne et constate que les brigands ne sont plus derrières eux.
Les chevaux, trop fatigués, s’arrêtent.
En premier le cheval de gauche puis le cheval de droite.
Le cocher est appelé par le roi : « Cocher, cocher, cocher, pourquoi nous nous arrêtons ?».
Le cocher lui répond alors: «Mon très cher Roi, nous sommes sauvés, le carrosse et ses roues ont bien tout supporté, et surtout la roue avant gauche. »
La Reine heureuse dit à son mari le roi : « Nous nommerons notre cher cocher au grade de cocher Suprême !».
Suite à cette révélation de la reine au roi, le cocher est tout ému.
Après que la reine ait remercié le fier cocher, le Roi fait de même.
Les chevaux sont content eux aussi mais parce que le cocher ne leur jette plus son fouet.
Et comme il faut une fin à cette histoire, on sait qu’ils se promènerons toujours ensemble.
Qui ? : la reine, le roi, leur carrosse, les roues, les chevaux et pour finir… le cocher.

On félicitera pour finir le cocher pour s’être levé 30 fois.

Une autre variante pour cette histoire du Jeu du Carrosse ou du Jeu du Cocher

Il était une fois, un roi et une reine qui avaient décidé de se rendre à Paris en carrosse.
Le cocher vînt les prendre à 8h00, après avoir vérifié la roue avant droite, la roue avant gauche, la roue arrière droite et la roue arrière droite enfin toutes les roues du carrosse.
Ensuite, le cocher attela les chevaux.
Le cheval de droite (le préféré du cocher) était blanc ; le cheval de gauche, lui, était noir.
Les chevaux fixés au carrosse étaient prêts pour le crissement des roues du carrosse.
Le roi demanda à la reine où était le cocher.
La reine lui répondit que le cocher finissait de sangler les chevaux et vérifiait une nouvelle fois les roues.

Le départ était imminent : Le roi assis derrière le cocher et le cocher assis devant la reine.
Le carrosse partit rapidement, trop rapidement, le cocher ralentit les chevaux de peur que le carrosse ne se renverse.
Oh ! cria le cocher. La reine et le roi faisaient entière confiance au cocher, qui fût déjà cocher de la reine de Suède.

Bien plus tard alors que le cocher menait bien ses chevaux, la roue arrière droite, non la roue arrière gauche, tomba dans une ornière. Le carrosse a bien failli se renverser.
Le cocher, le roi et la reine furent bousculés.
Le cocher descendit du carrosse pour constater les dégâts : « Oh ! » s’exclama le cocher, » les quatre roues sont abîmées ! »
Le cocher demanda à la reine et au roi de tenir les chevaux.
Comment sortir les roues des ornières ?

Le cocher réfléchit et demanda au roi de venir l’aider à sortir le carrosse de cette mauvaise posture.
Au bout de quelques minutes, le carrosse était enfin sur ses quatre roues.

Après bien des efforts, le roi, la reine et le cocher remontent dans leur carrosse.
Les chevaux bien reposés emballent de nouveau le carrosse, et le cocher calme les chevaux.
Les quatre roues tournaient à plein régime et le cocher surveillait le carrosse pour que semblable aventure ne survienne pas encore. La reine se pencha du côté du cocher pour vérifier l’état des roues gauche. Le cocher lui, s’assura des roues de droite de peur pour la stabilité du carrosse.

Déjà midi, le roi interpelle le cocher :  » Eh cocher, Eh cocher !, Eh cocher !, Eh cocher !, Eh cocher !, Eh cocher !, Eh cocher ! »
Le cocher n’entendait pas avec le bruit du carrosse.  » Eh cocher, si tu arrêtais le carrosse pour que les chevaux et la reine se reposent ? »
Le cocher s’exécuta et le carrosse s’immobilisa à côté d’un autre carrosse.
Qu’il était beau cet autre carrosse !

Le roi et la reine partirent se restaurer, pendant que le cocher dételait les chevaux.
Le cocher discuta avec un autre cocher et ils comparèrent leurs carrosses.
Le carrosse de l’autre cocher avait les mêmes roues que le carrosse du roi et de la reine.

Après un repas bien arrosé, le roi et la reine dormirent tandis que le cocher, lui, se reposait à l’écurie avec ses chevaux tout à côté du carrosse.

Ensuite, le roi et la reine remercièrent le cocher de les avoir si bien conduits. Et ils repartirent tous ensemble, le roi, la reine, les chevaux, le cocher et le carrosse.

 

Et dans cette histoire, on félicitera le cocher pour s’être levé 65 fois.

 

clock_64px

Durée approximative du jeu de mariage Jeu du Carrosse

20 minutes

 

 

tag_64px

Idées

 

video_64px

 

 

 

Vidéos

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *